Autopartage et covoiturage : quelles sont ces alternatives de mobilité ? -

Autopartage et covoiturage : quelles sont ces alternatives de mobilité ?

22 juillet 2021

Dans un contexte favorisant la préservation de l’environnement, le monde entier se remet en question et tente d’apporter des solutions à ce phénomène. Le marché automobile est considérablement concerné par cela et a dû et su s’adapter aux nouvelles lois et tendances. L’usage de la voiture a, par conséquent évolué et de nouvelles méthodes telles que l’autopartage et le covoiturage apparaissent pour limiter ou rentabiliser les déplacements.

En milieu professionnel, les entreprises s’inscrivent dans une mobilité durable et offrent de nouvelles solutions pour inciter leurs collaborateurs à optimiser leurs trajets et déplacement dans l’optique de réduire les émissions de CO2 et la consommation en carburant. Ces nouvelles solutions de mobilité permettent également d’atteindre des objectifs de réduction de coûts à travers l’optimisation des flottes automobiles des entreprises et l’utilisation des véhicules. La notion de « se déplacer ensemble » prend ainsi tout son sens avec notamment l’autopartage et le covoiturage. Alors, en quoi consistent-ils vraiment ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir.

Solutions de mobilité : du changement dans l’usage

La préservation et le respect de l’environnement sont au cœur des préoccupations de tous. Particuliers comme entreprises entreprennent des actions pour y contribuer et améliorer l’écosystème dans lequel nous vivons et évoluons.

Dans le contexte professionnel, les flottes d’entreprises se renouvellent pour accueillir des véhicules à énergie plus verte. Les voitures hybrides, hybrides rechargeables et électriques sont de plus en plus populaires et connaissent une croissance spectaculaire sur ces dernières années. En 2020, ces motorisations ont connu, respectivement, une croissance du nombre d’immatriculations de 35%, 254% et 28%.

Pour encourager les entreprises dans cette démarche de verdissement de leur flotte et s’ouvrir à des solutions alternatives de mobilité, l’État met en place des lois et normes. C’est le cas de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) du 24 décembre 2019  dont un des principes est la création du forfait mobilités durables pour inciter et favoriser les trajets domicile-travail. Les employeurs peuvent verser une prime pouvant aller jusqu’à 400€ par an, sans charges ni fiscalité, à leurs collaborateurs qui viennent travailler en covoiturant (concerne le conducteur et/ou le(s) passager(s)).

Grâce à cette même loi, le plan de mobilité en entreprise n’est plus rendu obligatoire. En revanche, pour inciter les employeurs à proposer des solutions alternatives de mobilité en faveur de l’environnement, les entreprises de plus de 50 salariés doivent inscrire le sujet dans les thèmes des négociations obligatoires.

Pour mettre en application les instructions de l’État et réduire la circulation de véhicules particuliers sur les routes, il existe deux moyens majeurs d’optimiser les déplacements et l’utilisation des véhicules : l’autopartage et le covoiturage.

Qu’est-ce que l’autopartage ?

L’autopartage ou car sharing en anglais, est un service de voiture en « libre-service » à destination du grand public ou des collaborateurs lorsqu’il s’agit d’une flotte d’entreprise. Ce dispositif consiste à mettre à disposition de particuliers ou de collaborateurs un pool de voitures dédié.

Ce concept de voitures partagées, bien qu’il existe depuis de très nombreuses années sous différentes formes, est entré dans les mœurs depuis une dizaine d’années et est devenu une vraie solution alternative de la détention d’un véhicule individuel. En 2016, le Ministère de la Transition Énergétique estimait déjà que 5% de la population française utilisait des services d’autopartage. En 2020, on estime une croissance du marché de la mobilité partagée de 5,19% dans le monde, d’après le baromètre de l’autopartage B2B publié par Mobility Tech Green.

Il est estimé que l’autopartage pourrait remplacer 5 à 8 voitures personnelles et libérer 1,5 à 3 places de stationnement dans les rues, d’après Lyko, expert en MaaS (Mobility as a Service). En milieu professionnel, cette solution de mobilité est un moyen de réduire l’effectif d’une flotte automobile ou, du moins, l’optimiser en améliorant la gestion des déplacements. Ainsi, les entreprises peuvent réaliser des économies sur les places de parking, sur le coût d’achat ou de location ainsi que sur la maintenance des véhicules.

Selon le Ministère de la Transition Énergétique, l’autopartage permettrait, en comparaison à l’utilisation d’un véhicule particulier, d’économiser en moyenne 2000€ par an et par personne (pour une distance parcourue de 5000 km en moyenne).

Le code des transports stipule que la mise en place d’un service d’autopartage peut être à l’initiative de deux types de profils de personnes :

  • Une personne privée ; c’est-à-dire une entreprise, une association, un réseau de confiance, etc.
  • Une personne publique ; c’est-à-dire, une collectivité territoriale, un groupement de collectivités, etc.

Qu’est-ce que le covoiturage ?

Le covoiturage c’est l’utilisation d’un véhicule commun par plusieurs personnes qui souhaitent se rendre au même endroit. Le concept de covoiturage peut être appliqué entre particuliers pour des déplacements personnels ou en milieu professionnel pour les collaborateurs qui souhaitent effectuer un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail ou pour un déplacement.

Selon le Code des transports, la notion de covoiturage est valable uniquement si les deux conditions suivantes sont respectées :

  • Le conducteur qui accueille les passagers dans son véhicule doit également assurer le trajet pour son propre compte ; c’est-à-dire qu’il ne doit pas uniquement se déplacer pour transporter les passagers et les conduire au lieu qui leur convient
  • Les coûts du transport tels que les frais de carburant ou d’éventuels péages doivent être partagés entre le conducteur et ses passagers.

Selon le Ministère de la Transition Énergétique, ce sont 900 000 personnes qui pratiquent le covoiturage chaque jour pour se rendre sur leur lieu de travail. Sur les 70% de la population française qui se déplace en véhicules individuels entre leur domicile et leur travail, le covoiturage représente seulement 3% des trajets.

272 746

Tonnes de CO2 économisé en France, en 2018, grâce au covoiturage de longue distance
Source : BlaBlaCar

Mise en place et gestion de l’autopartage ou du covoiturage en entreprise

Comme vu précédemment, les entreprises proposent de plus en plus de nouvelles solutions de mobilité à leurs employés. L’autopartage et le covoiturage en font partie intégrante. En moyenne, en France, en 2020, l’autopartage et le covoiturage sont des moyens de déplacement pratiqués dans 42% des entreprises.

Mise en place de mobilité alternative en entreprise

(en % d’entreprises – 2020)
Source : Baromètre Arval 2021

Dans le cas de l’autopartage et pour se rendre sur leur lieu de travail, les entreprises, très souvent, disposent d’un pool de véhicules qui est mis à disposition des collaborateurs lorsqu’ils ont besoin de se déplacer. Parfois, il arrive aussi que les véhicules de fonction des collaborateurs soient prêtés aux autres lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Enfin, les employés peuvent également faire appel à une solution externe pour réserver un véhicule et se rendre au travail. Par exemple, il existe Citiz à Lyon, Marseille ou Bordeaux, Ubeeqo à Paris, etc.

Pour le covoiturage, les collaborateurs qui habitent à proximité les uns des autres peuvent mutualiser leur trajet en partageant le véhicule de l’un d’entre eux. Aussi, au même titre que l’autopartage, les entreprises peuvent proposer à leurs employés de réserver un véhicule et de le partager avec d’autres collègues qui ont besoin de se rendre sur un lieu commun ou proche des autres. Enfin, sans faire appel à leurs collègues, les personnes souhaitant pratiquer le co-voiturage peuvent aussi opter pour la réservation d’un trajet via une plateforme externe telle que BlaBlaCar, pour se rendre au travail ou pour un déplacement professionnel.

Pour gérer au mieux ces déplacements et faciliter les réservations de la part des collaborateurs, il est fortement recommandé à une entreprise de s’équiper d’un outil de gestion de parc automobile doté d’un module de gestion de pool de véhicules. En effet, ce dernier, grâce à ses fonctions de demande et gestion des réservations ainsi que de suivi de planning d’utilisation des véhicules, il permettra au gestionnaire de flotte de garder un œil sur les véhicules mis à disposition. Ainsi, il aura une vision globale sur les réservations et déplacements pour constater et analyser l’utilisation des véhicules et les coûts liés.

Autopartage et covoiturage, une mobilité bénéfique pour tous

Les entreprises et les collaborateurs ont tout à y gagner en pratiquant l’autopartage ou le covoiturage. Ces solutions sont moins coûteuses et répondent parfaitement aux enjeux de la société actuelle, notamment dans le cadre des politiques RSE des entreprises.

Prenons le cas de l’autopartage. Avec ce moyen de transport, il n’est plus nécessaire pour un automobiliste d’acquérir son propre véhicule. Se déplacer ne lui engendre pas de frais d’acquisition ni de maintenance. Il pourra en effet réserver un véhicule uniquement lorsqu’il en aura besoin. Il en est de même pour le covoiturage, à l’exception de celui qui propose de partager son véhicule.

Avoir recours à ces modes de déplacements c’est aussi contribuer la réduction du nombre de véhicules en circulation chaque jour sur les routes. Non seulement il devient plus simple de circuler mais les niveaux d’émission de CO2 et donc de pollution sont nettement réduits.

Le Ministère de la Transition Énergétique estime une économie de 2000€ en moyenne par an pour un salarié qui pratique le covoiturage chaque jour pour se rendre sur son lieu de travail situé à 30 km en moyenne de son domicile. En effet, ce mode de déplacement permet de partager les frais avec les autres passagers et ainsi le rentabiliser. Il s’agit également de favoriser la bonne entente et la communication entre les collaborateurs pour ainsi créer une synergie positive.

Du point de vue de l’employeur, dans le cas où il propose une solution d’autopartage, la mutualisation des déplacements permet de réduire les coûts liés. Le nombre de véhicules qui doivent se déplacer est réduit et le taux d’utilisation des véhicules est largement optimisé. Grâce à ce concept, une entreprise pourrait imaginer réduire sa flotte et donc l’investissement que cela nécessite. Selon Mobility Tech Green, le système d’autopartage permet, en moyenne, de réduire de 30% le nombre de véhicules de fonction ou service au sein des flottes d’entreprise.

Proposer ces services est aussi, pour l’entreprise, un moyen de montrer son engagement dans le respect de l’environnement, dans le bien-être de ses employés et donc de véhiculer une image positive tant aux collaborateurs en interne qu’aux futurs membres qui la rejoindront.

En définitive, le covoiturage et l’autopartage, en plus d’avoir un impact positif sur l’environnement, c’est pouvoir bénéficier d’un véhicule ponctuellement, qu’elle qu’en soit la manière, sans devoir subir les inconvénients d’en être propriétaire.

L’autopartage et le covoiturage sont donc deux moyens de déplacement en vogue tant pour les particuliers que pour les entreprises et leurs collaborateurs. Dans une optique de respect de l’environnement, l’engagement et la contribution de chacun est primordial. Les usages, notamment en transport, changent et les solutions alternatives entrent petit à petit dans les mœurs.

Partagez l'article sur